Les 5 étapes de création d’un site internet

créer un site internet

Parmi les missions qui me sont confiées il y a l’écriture de sites internet (ou de sites web si vous préférez, les deux sont d’usage). Pour une expérience utilisateur optimum, contenu, ergonomie et design sont pensés de concert. Je travaille donc systématiquement avec un webdesigner pour la partie création. Voici les principales étapes pour créer votre propre site Internet. J’en identifie cinq. 

1. Se poser les bonnes questions

Le brief est le moment idéal de poser toutes les questions.

A priori, à la portée de tous, donc.  Eh bien croyez-moi, pas vraiment. Car à ce stade, les premières difficultés peuvent apparaître. Difficulté à formuler ses véritables besoins, confusion entre enjeux et des objectifs, incertitudes sur les attentes du site ou attentes différentes d’une personne à l’autre.

Parmi les questions incontournables :

  • Pourquoi la création d’un site s’impose-t-elle aujourd’hui ?
  • S’agit-il d’un site vitrine ou d’un site marchand ?
  • Quelle en est la cible principale ?
  • Quel est l’écosystème digital de la marque ?
  • Au delà du digital, quelle stratégie de communication le client a t’il déployée ?
  • Dans le cas d’une refonte de site, quelles sont les motivations du client : modernisation d’un site vieillissant, évolution de l’offre, inefficacité du site existants ?
  • Si le site actuel est jugé inefficace, quels sont les indicateurs (KPIs) qui le prouvent ?
  • Souvent, mes clients sont dans une situation d’urgence. Mais qu’entendent-ils par « urgence » ? Quels délais précis ont-ils en tête pour la mise en ligne de leur site ?

Mon rôle en tant que consultante, conceptrice-rédactrice : rassurer, comprendre avant de proposer, lever les obstacles à la bonne conduite du projet, être pédagogue et transparente. Tout le monde y gagne.

2. Écrire le cahier des charges du site internet

La qualité du cahier des charges résulte de la qualité d’écoute. Certains clients n’ont pas de cahier des charges. D’autres en ont un très précis…dans la tête mais sans aucune trace écrite ! Les plus avancés ont rédigé leur cahier des charges. Bravo ! C’est une étape de gagnée. À condition toutefois que ce soit… un cahier des charges ! En effet, beaucoup confondent brief et cahier des charges de site Internet. Explication !

Le brief agence

Le brief est la formulation d’une demande client, plus ou moins précise, permettant de poser le cadre du projet, d’exprimer les besoins et attentes concernant l’agence ou le prestataire sollicité.  Parfois il n’y a pas de budget précis et c’est à nous, prestataire, de l’évaluer. Le brief sert à obtenir une proposition d’accompagnement – une « propale » dans le jargon de la communication – qui peut être confrontée à d’autres recommandations dans le cas d’un appel d’offres par exemple. Dans ce cas, un budget peut être exigé par l’agence pour pouvoir s’assurer d’un élément tangible de comparaison. En effet, comment comparer une solution construite sur un budget de 5000 euros avec une autre solution estimée à 15 000 euros ! J’oubliais : un brief peut être uniquement oral, à la différence d’un cahier des charges.

Un cahier des charges de site internet

Contracté dans l’abréviation C.D.C., le cahier des charges exige des précisions qui permettront de valider ou d’évaluer précisément le budget et l’organisation (équipe, planning d’actions…).  Il est de la responsabilité de l’agence de s’assurer de l’existence et de la solidité du cahier des charges. Pour cela, il faut savoir ce qu’il contient, répondre à toutes les questions essentielles avant de se mettre en action. Son format de restitution est l’écrit.

Si elle est confiée à l’agence, l’écriture du C.D.C. est facturée. C’est un élément fondamental qui exige précision, connaissance des spécifications liées aux différents typologies de sites, méthodologie et rigueur. Dans le métier du Web, on parle aussi de cahier des spécifications. Le Cahier des charges est plus ou moins long selon la complexité du projet, mais voici 4 éléments incontournables.

4 éléments dans un cahier des charges de site internet

  1. les langues. Le client prévoit-il une traduction ? Même si ce n’est pas d’actualité, poser cette question de la langue revient à envisager une solution qui intégrera cette évolution envisagée dans le cadre de l’internationalisation de la marque.
  2. l’iconographie : le client dispose t-il d’une banque d’images ? Sont-elles de qualité suffisante ? Couvrent-elles l’ensemble des contenus du futur site ? Le format des visuels proposés par le client est-il adapté aux tendances actuelles ? Selon les réponses du client, il faudra prévoir une recherche iconographique, un éventuel shooting avec un photographe professionnel, voire des créations graphiques spécifiques (icônes, infographie…) qui se révéleront particulièrement pertinentes pour illustrer des données chiffrées.
  3. Le paiement en ligne : faut-il intégrer un mode de paiement ? Dans quelles devises ? Par PayPal, par carte bancaire ? L’installation de cette fonction, sa sécurisation, son ergonomie représentent un coût. Il nous donne aussi une information sur l’UX Design (User Experience Design) :  boutons CTA (call to action) à positionner judicieusement sur telle ou telle page pour accéder directement au mode de paiement par exemple.
  4. Un blog  :le client souhaite-t-il intégrer un blog à son site ? Diffuser régulièrement des contenus est important pour fidéliser, augmenter son référencement naturel.

Les 6 vertus du CDC site web

  1. sert de référence tout au long du projet
  2. permet de bien identifier les tâches et de recruter la bonne équipe
  3. sert à établir un planning réaliste
  4. aide à la constitution du budget
  5. garantit une meilleure efficacité : gain de temps
  6. sécurise l’ensemble du projet : respect du budget et du planning
Puisque l’on évoque le planning, consacrons-lui un paragraphe.

3. Élaborer le planning de création de son site web

De nombreux outils existent pour créer un planning, des plus simples (tableau Word ou Excel) aux plus élaborés (Gantter, Soplanning…).

Dans tous les cas, l’important est de le partager. En ayant accès en permanence au planning du projet, le client sait quelles sont les étapes qui restent à réaliser. Engagé lui aussi dans la réussite du projet, il situe son action et comprend les conséquences d’un retard dans la remise de certains documents, dans la relecture ou dans la validation d’un visuel.

Le planning partagé facilite la compréhension globale du projet et stimule l’engagement de chacun. C’est à la fois un outil de travail pour l’équipe opérationnelle et un signe de transparence participant au climat de confiance.

 

4. Manager l’équipe projet

L’équipe projet est plus ou moins grande. Personnellement, les sites dont j’ai la charge ne nécessitent pas de grosses équipes qui alourdissent un budget et allonge sa durée de mise en œuvre.

Je suis systématiquement accompagnée d’un web designer. De manière un peu schématique, cela revient à se répartir le fond et la forme ! Même si en vérité, ce n’est pas tout à fait juste, car la forme naît du fond autant que le fond naît de la forme. Le parfait fonctionnement du duo web designer / concepteur-rédacteur est primordial dans l’écriture du site. Car écrite un site, ne se résume pas à la rédaction des pages. Écrire un site, c’est aussi concevoir sa structure, son articulation, son ergonomie… C’est ce qu’on appelle du design éditorial. La bonne équipe crée l’alchimie parfaite au service de votre message et de vos objectifs.

Pour les sites internet qui me sont confiés, j’interviens souvent dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO/AMOA) et à la maîtrise d’œuvre (MOE).

Certains clients font uniquement appel à moi pour écrire leur page. Ils recherchent mes qualités rédactionnelles et ma connaissance en SEO. Des compétences que recherchent les agences de communication.

5. Créer son site : fond et forme

Le C.D.C. est validé, l’équipe est constituée, les rôles sont répartis et le planning est établi. C’est partie pour la création du site. Compter au minimum trois mois. Ceux qui vous vendent des sites en 1 mois vous mentent…ou sont des super magiciens ! Les échanges, les retours, les contenus à écrire et à réécrire, la recherche iconographique, l’intégration de tous les contenus, l’optimisation SEO, les tests de vérification, la mise en ligne (qui déjà peut prendre 1 semaine !).

Aujourd’hui on vous vend aussi des sites à zéro euro et des mises en ligne quasi immédiate. Ne vous laissez pas berner . Même si vous le faites vous-même, un site n’est jamais gratuit : achat du nom de domaine, hébergement, sans compter le temps d’actualisation et de mise à jour.

Ensuite, faire vivre son site internet

Les 5 étapes de création d’un site internet n’ont plus de secret pour vous. Une fois créé, il convient de faire vivre son site. Indispensable pour fidéliser ses lecteurs, attirer de nouveaux clients et optimiser son référencement naturel. Comment ? J’y consacrerai bientôt un article ! Pour ne pas le rater, inscrivez-vous à ma Newsletter !

3 sites créés pour mes clients

Client : Emmanuel Elalouf / Société Link

Client : Marie-Pierre Darracq

mp darracq

Client : Claude Fruchart / Société Talanta-RH

talanta rh

Besoin d'un site internet ?

Donnez de la visibilité à votre offre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *