Le Muz : 10 ans dédiés à la créativité des enfants

la ronde des flammes, dessin d'enfant de l'association Germaine Tortel

En 2009, un espace culturel inédit voit le jour : le Muz, cofondé par Claude Ponti et Aline Hébert Matray. Muz comme musée, comme la muse. Muz comme MUsée des Zoeuvres des Zenfants. Un espace avec des salles, des expositions permanentes et temporaires, des partenaires, des événements. Tout comme un vrai musée à ceci près qu’il fut à l’origine 100% digital, et aujourd’hui encore, 100% dédié à la créativité des enfants partout dans le monde. A l’occasion des 10 ans du musée, Aline Hébert-Matray nous dévoile deux événements clefs.

(dessin couverture : extrait de la collection Germaine Tortel sur le Muz)

 

Du 8 au 22 novembre 2019 une vente aux enchères exceptionnelle est organisée par le Muz. Peux-tu nous en parler ?

Aline Hébert-Matray : « Chaque année nous organisons une vente aux enchères. Ce ne sont pas les œuvres d’enfants du Muz qui sont proposées car nous restons fidèles au principe de ne pas les monnayer. Des artistes qui soutiennent notre action nous donnent une ou plusieurs oeuvres dont le montant de la vente est intégralement reversé à notre association. Les dix ans du Muz ont beaucoup inspiré les artistes et certains nous livrent de véritables « collector ». Je pense notamment à quatre dessins de Tardi et à un dessin original de Tomi Ungerer qui nous a été donné par une amie du Muz pour l’occasion. La vente est aussi exceptionnelle par le nombre d’artistes y participant : 38 à ce jour. Et puis cette année, nous donnons une place plus importante à la jeune création. Les amateurs apprécieront je pense cette cohabitation d’artistes à découvrir et reconnus. On peut dire que cette année, la mixité des genres, des cultures artistiques, des générations et des productions rend la vente aux enchères du Muz unique ! »

flyer vente aux enchères Muz 2019

Une journée d’étude va également être organisée en mai 2020. En quoi consiste-t-elle et comment y participer ?

A. H-M : « Le 6 mai 2020, en partenariat avec le Musée d’Orsay, nous organisons une journée d’étude intitulée « Enfance et création ». Le programme est bouclé et je peux déjà vous annoncer qu’il y aura des intervenants d’exception ! Une matinée de conférences avec Philippe Meirieu, professeur émérite des universités en science de l’éducation, Franck Beuvier, anthropologue à l’EHESS, Cécile Bargues, historienne d’art et spécialiste du mouvement Dada, René Baldy, professeur émérite des universités en psychologie du développement. L’après-midi s’articulera autour de tables rondes avec des acteurs du monde associatif et de la culture, des artistes et des spécialistes. On y retrouvera Edwige Chirouter, Monte Laster, Marie Desplechin, Sylvie Octobre, Nathalie Brisac, l’association la Source représentée par François Louvard et Gérard Garouste, Grégoire Solotareff et, bien sûr, Claude Ponti. »

 

Comment faire pour s’inscrire à cet événement ?

A. H-M : « Nous ouvrirons les inscriptions en février 2020. L’événement sera gratuit. C’est parce que nous souhaitons garder ce principe de gratuité que nous sommes à la recherche de partenaires publics et privés. C’est pour eux l’occasion de montrer leur soutien à la création, leur attachement à l’art et à la culture en général, leur intérêt pour les questions relatives à l’enfance, au vivre ensemble, à l’interculturel. Je profite de cette interview pour lancer un appel. Pour remercier aussi notre premier partenaire, le musée d’Orsay, qui nous prête généreusement son auditorium et participe au contenu de cette journée avec l’intervention attendue de la commissaire d’exposition consacrée à Léopold Chauveau. »

 

Un « pitch » du Muz pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore ?

A. H-M : « Le Muz est né d’une conviction. La nécessité de considérer que la créativité fait partie du développement ontologique de l’enfant et de l’adulte. Sans la créativité, pas d’humanité possible. Ce musée, dédié aux différentes formes d’expressions artistiques dès le plus jeune âge, est une invitation à l’encourager, l’accompagner, la valoriser en la donnant à voir. C’est aussi un message adressé aux adultes : ne renoncez jamais à votre propre créativité. »

 

Le Muz regroupe à ce jour plus de 4000 œuvres. Y en a-t-il une qui t’as particulièrement bouleversée ?

A. H-M : « Pas une œuvre en particulier mais deux collections. Celle de Lucile d’abord. Elle nous a confié des œuvres d’une puissance rare. Sa maman vient d’ailleurs de nous faire parvenir 200 nouvelles œuvres pour une nouvelle exposition consacrée au corps et au mouvement. On peut, concernant Lucile parler d’artiste à part entière. Je suis bouleversée par la puissance d’émotion de son trait qui va à l’essentiel. Le dessin, ce sont ses mots à elle. Une forme à la fois puissante et d’une élégance incroyable qui me fait penser à la Calligraphie. Lucile a créé son propre langage. N’est-ce pas justement cela, l’art ?

dessin de Lucile exposé sur le Muz

dessin de Lucile exposé sur le Muz

Ensuite, la collection « Germaine Tortel » ne cesse de m’émerveiller. On y trouve des dessins et des peintures exceptionnelles d’inattendu, tous réalisés par des écoliers de 4 à 6 ans. Ce qui est intéressant dans cette collection, c’est qu’elle met en valeur le processus créatif et le rôle important de l’adulte (en l’occurrence l’institutrice). Les œuvres issues de cette pédagogie puisent leur force dans l’élaboration langagière de l’enfant,  son imaginaire, ses tâtonnements, son expérience sensorielle. Le chemin créatif se fait en allant puiser à l’intérieur de soi et dans l’énergie du collectif (la classe) avec qui un dialogue est stimulé par l’adulte. Cette pédagogie innovante nous fait sortir du principe qui consiste à associer systématiquement productions d’enfants à spontanéité et liberté sans cadre. Il s’agit ici au contraire de mobiliser divers moyens pour exprimer le plus justement possible une pensée, une émotion, une idée. »

 

En dix ans, le Muz a beaucoup évolué. Par exemple, certaines œuvres sont désormais visibles en dehors du site grâce aux expositions que vous organisez un peu partout en France.

A. H-M : « Il devenait absolument nécessaire de sortir du seul format web. Cela a été possible grâce à des œuvres que nous avons collectées au fur et à mesure de nos rencontres. Des dessins soigneusement conservés par des enseignants, des artistes ou des chercheurs. A chaque fois que nous permettons une rencontre physique avec les œuvres du Muz, il y a une compréhension immédiate de notre action. J’en profite pour remercier Marie-Thérèse Devèze, galeriste qui nous aide à l’organisation des ventes aux enchères et qui a eu cette idée géniale d’artothèque autour de thématiques. Marie-Thérèse continue de nous accompagner dans le montage et la scénographie de chacune de nos expositions hors les murs. »

 

Ton rêve pour les dix prochaines années du Muz ?

A. H-M : « Obtenir des subventions publiques et de nouveaux financements privés pour avoir enfin les moyens de recruter. Aujourd’hui nous sommes trop peu nombreux et le travail se fait principalement de manière bénévole et avec une équipe de stagiaires formidables. Honnêtement, il est temps que nous sortions de la fragilité de notre situation, que nous ayons un lieu permanent de rencontre avec nos publics et nos partenaires. Jamais le Muz n’a eu autant de retombées presse. C’est aujourd’hui un lieu reconnu que l’on contacte pour coconstruire des projets autour de l’enfance et de la création. Les prochaines années seront celles de la sécurisation du modèle, de la transmission et bien sûr, toujours, de la création ! »

Aline Hébert-Matray

 

Aline Hébert-MatrayFemme passionnée par l’illustration et la littérature jeunesse, la photographie, l’art et la culture sous toutes ses formes. Par les jardins aussi qui sont pour elle un terrain d’expression incomparable pour créer, inventer, se rencontrer, apprendre, se retrouver, et se reconnecter avec soi, les autres. Institutrice elle est devenue responsable Jeunesse à la Direction des Affaires Culturelles d’Epinay-sur-Seine. Elle est aujourd’hui auteure (L’imaginaire au jardin), Déléguée générale du Muz et consultante en ingénierie culturelle sur des projets de création de jardins avec des enfants (Jardins de culture).

 

Le Muz et moi

Cinq ans de travail au sein du Muz, j’ai participé à son lancement en 2009. Ma rencontre avec l’équipe du Muz s’est faite autour d’un projet commun. Savez-vous que j’ai quitté l’entreprise dans laquelle je travaillais depuis 14 ans pour me lancer dans ce projet un peu fou ? J’ai passé un Master2 en ingénierie des échanges interculturels et écrit un mémoire sur l’art de l’enfance et l’enfance de l’art ? J’ai ensuite lancé mon activité de consultante et formatrice en accompagnement de projets et stratégies de communication. Aujourd’hui, Je suis toujours marraine du Muz, convaincue de son rôle essentiel et unique dans le changement de notre regard sur la création et sur le monde.

Muz en liens :

logo du Musée le Muz

 

 

 

Contact Muz partenariats :

Aline Hébert-Matray
Email : aline.matray@lemuz.org
Téléphone : 06 81 25 58 52

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *